Je me fais du souci pour mon enfant ou un ami

Malatavie Ligne Ados : une ligne d'écoute pour vous aider 

Vous avez un enfant, un proche ou ami, qui a entre 13 et 25 ans et qui va mal.
Il pense au suicide ou pourrait y penser...
Vous vous faites du souci et ne savez pas comment l'aider ?

En toute confidentialité, Malatavie Ligne Ados vous écoute 24h/24, 7j/7 pour : 

  • apprécier le risque 
  • vous apporter soutien et conseils
  • vous orienter vers des professionnels compétents

Si nécessaire une rencontre entre vous et votre enfant, proche ou ami, peut vous être proposée dans les meilleurs délais.

Malatavie Ligne Ados est entièrement constituée de professionnels de la santé (psychologues, psychiatres et infirmiers), spécialistes de l’adolescence et de la gestion de crise, travaillant au sein de Malatavie Unité de crise des Hôpitaux universitaires de Genève.

D'autres numéros d'écoute et d'aide ou le numéro d'urgence 144 sont à votre dispostion pour vous orienter : consultez la liste des numéros d’appel

A quels signes faut-il faire attention et quand appeler ?

Si un jeune de votre entourage :
 
  • dit qu'il pense au suicide, ne tient plus à vivre, se sent inutile, veut en finir ou ne vous embêtera plus longtemps, que vous serez bien mieux sans lui...
  • se sent particulièrement triste, sans espoir, confus, irritable, etc.
  • se comporte de manière inhabituelle en s'isolant, en montrant un désintérêt pour lui-même et dans ses activités, en distribuant par exemple des objets personnels précieux
  • se met en danger et ne se protège pas, en consommant de manière inquiétante de l’alcool ou des drogues, etc.

Il est important de l'écouter et de lui demander s'il pense parfois au suicide. 

Comment réagir ?

  • Engager le dialogue, remercier le jeune qui va mal de sa confiance et lui exprimer votre souci à son sujet. Lorsqu’il ne l’a pas explicité, lui demander s'il a pensé au suicide peut le soulager.
  • Ne pas tout garder pour soi et se tourner vers quelqu'un de confiance qui vous orientera. Garder le secret n'aide en rien.
  • Rechercher un lieu d'aide pour "vous aider à aider", car nous sommes tous démunis face à une personne qui exprime l'envie de se suicider. 
  • Accompagner la personne dans sa prise de contact avec des professionels, voire se rendre au premier rendez-vous avec elle.

Le suicide n’est pas un choix, mais l'on peut choisir de s'en sortir ! C’est une mauvaise réponse à l’impression de ne pas avoir de choix. Ce n’est pas une solution, mais une fin irréversible. D'autres réponses existent